» Accueil » Généralités & projets » La sculpture gothique...

Le tombeau de Sévery: une oeuvre somptueuse commandée à distance

L’étude du tombeau de Sévery a entièrement été reprise. Par un patient travail de recomposition, il a été permis de restituer dans ses grandes lignes le monument.

cliquez sur l'image pour l'agrandir
Il était formé à l’origine de deux ouvrages d’architecture plaqués, jusqu’à leur destruction en 1537, de part et d’autre d’une arcade-enfeu percée dans le mur latéral du choeur et sous laquelle était couché le gisant. Chaque ouvrage comprenait des arcades géminées à remplages, de différentes dimensions, renforcées de deux barres métalliques, le tout rehaussé d’une subtile polychromie.

Le tombeau était en outre richement doté de statues et de reliefs sculptés. Si la face nord du tombeau s’apparente à un type relativement classique, la composition de la face sud, en revanche, ne connaît pas d’équivalent régional. Cette conception dissymétrique, très rare, résulte peut-être des contraintes d’une commande artistique dirigée à «distance».

On sait que la construction du monument fut ordonnée et financée par Henri de Sévery depuis le Sud de la France, où il occupait la charge lucrative d’évêque de Rodez. Il est vraisemblable que les dessins du projet, sans doute de simples élévations réalisées sur la base de mesures fournies par le couvent vaudois, furent élaborés dans le Midi pour être présentés à l’évêque, donnant un «portrait» plus attrayant qu’exact du résultat final.

Des adaptations en cours d’exécution étaient inévitables, ce qu’ont bien révélé les analyses de détails. Le résultat n’en reste pas moins saisissant: près de deux fois 16 m2 de pierre sculptée, une vingtaine de statues figuratives outre le gisant, pour certaines de taille imposante, le tout vivement coloré. C’est donc une oeuvre considérable que les moines du prieuré purent présenter, en hiver 1391-1392, à Henri de Sévery, lorsque celui-ci, âgé de près de 70 ans, revint en Pays de Vaud après 13 ans de pérégrination.

La sculpture gothique...

L'EXPOSITION: OUVERTURE ET PRIX

Au XIVe et au XVe siècle, trois ateliers de sculpteurs se sont succédés à Romainmôtier,...

Le monument funéraire de Henri de Sévery

La réalisation de ces tombeaux nécessita la présence à Romainmôtier de sculpteurs confirmés...

Le monument de Seyssel ou la recherche de l’élégance et du raffinement

Malgré les mutilations, les formes élégantes du tombeau de Jean de Seyssel peuvent encore être...

Les tombeaux d’Henri de Sévery et de Jean de Seyssel

L’ouverture, en 1905, des caveaux de la chapelle Saint-Jean-Baptiste au sud du choeur de...

Les monuments funéraires des grands prieurs de Romainmôtier et l’iconoclasme

Après le sas d’entrée, le visiteur est mis en situation de constater la richesse des sculptures...